Rechercher dans ce blog

lundi 15 mai 2017

Du neuf avec du vieux... mais pas que!


On a profité d’un beau dimanche ensoleillé pour faire un grand ménage dans le local. Certain-e-s se sont affairé·e·s à repasser du lait de chaux sur certains murs, qui avaient quelque peu souffert de l’humidité et de différentes fuites au cours de ces derniers mois… C’est tout beau, c’est tout propre!

Anarchists inside the wall

D’autres ont entrepris de nettoyer (keuf keuf keuf la poussière la vache!!!) et faire du rangement dans les rayons de la librairie. Et c’était pas une mince à faire. On en a profité pour déménager quelques catégories et faire un peu d’espace.
Un nouveau rayonnage fait son apparition, on l’appellera "REVUES SERVEZ-VOUS!"). L’idée est simple : nous recevons tous les mois des revues diverses et variées. Nous ne vendons pas tout le stock. Généralement les groupes, organisations, syndicats, etc. qui mettent leurs revues en dépôt chez nous ne souhaitent pas récupérer les invendus. Ça coûterait trop cher en transport. Et pis’ bonjour le bilan carbone. Donc on a fait un p’tit tri dans les revues et journaux et on vous laisse le soin de vous servir. Si ça vous le dit vous pouvez laisser une petite pièce en soutien à la librairie.


Un réagencement de la librairie a également eu lieu. Il y a désormais plus de place pour circuler, enfin nous on trouve. Le fait est que le meuble central reprend la place qui était la sienne, à l’ouverture du local. L'histoire est un perpétuel recommencement.


On va pas vous en dire plus, il faut, comme d’habitude, venir voir par vous-même !

Dernière information pour ce message, nous nous apprêtons à passer une commande auprès du diffuseur Harmonia Mundi et chez l'éditeur Libertalia. Si ça vous branche, vous savez où nous trouver !


vendredi 5 mai 2017

Conférence: Les luttes sociales dans l'histoire ardoisière 

Conférence présentée par 

Jean MORLONG, guide au Musée de l'ardoise de Trélazé  

 


"La pénibilité du travail, le prix des denrées alimentaires, les dures contraintes d'un patronat ont éveillé très tôt chez les perreyeux un sens aigu de la revendication.
Les conflits, les grèves se sont manifestés sur différents plans dans l'histoire du monde ardoiser affectant à la fois les procédés d'exploitation, les pratiques de commercialisation, les produits fabriqués… toutes choses qui ont eu leurs inévitables incidences sur la condition ouvrière."

Jean Morlong s'attachera à retracer un pan de l'histoire sociale locale jusqu'au début des années 1920, une histoire qui fit de Trélazé une terre de luttes …

Dimanche 21 mai 2017 à 15h à la librairie Les Nuits Bleues (21 rue maillé - Angers)


Conférence co-organisée avec le site d'histoire sociale locale Mouvement Révolutionnaire Angevin 

mercredi 26 avril 2017

Maintenant


Non ce billet ne donnera pas de consigne de vote. On est pas là pour ça. On peut juste vous dire qu'il va pas falloir tarder à se remonter les manches et à descendre dans la rue pour défendre nos acquis (et en conquérir plein d'autres!).

Nous on veut vous dire que, comme le disait si bien Balzac, la résignation est un suicide quotidien. Alors nous à la librairie on se décarcasse pour que vous puissiez trouver dans nos rayons des ouvrages, des revues, des brochures, etc. qui donnent un peu à voir au-delà des mascarades politiciennes. Des outils pour réfléchir et pour agir, sans attendre un sauveur suprême, mais en prenant notre destin en main, nous celles et ceux d’en bas (Ni Dieu, Ni Méluch’, Ni tribun disait la chanson, non?).

Tout ça pour dire que nous avons reçu et allons recevoir différentes commandes dans les semaines à venir. Il y en aura pour tous les goûts : littérature, histoire, féminisme, syndicalisme, politique, théorie, etc. Alors n’hésitez pas à venir faire un tour à la librairie !

Aujourd’hui, on vous fera juste une petite présentation du nouveau best-seller de celui qui est devenu en quelques années le Marc Lévy de la pensée radicale. Non pas que ça soit écrit avec les pieds, mais plutôt que ça se vend comme des petits pains. Nous voulons évidemment parler du mystérieux Comité Invisible qui vient de publier Maintenant aux éditions La Fabrique. Il y en a des qui disent que le Comité Invisible a vieillit et qu’il fait du « sentiement ». Nous on peut pas encore vous donner notre avis sur le bouquin, on n’a pas eu le temps de le lire vu qu’il est arrivé hier à la librairie. On vous laisse donc le soin de vous faire votre propre avis. Mais en bien ou en mal, on est certain-e-s que ce bouquin va faire parler de lui et va entraîner des discussions et débats. C’est un peu pour ça qu’on les propose les bouquins de ce fameux Comité : qu’on soit d’accord ou pas avec leur prose, ça fait causer, ça fait réfléchir. Et puis ça donne des phrases chocs. Mais genre, DES PHRASES CHOCS : « Tout est local, y compris le global; encore faut-il le localiser » ou encore « À force, on a compris ceci : ce n’est pas l’économie qui est en crise, c’est l’économie qui est la crise ; ce n’est pas le travail qui manque, c’est le travail qui est en trop. ». Mmmm, ça fait réfléchir hein!

Dépêchez-vous, si ça se trouve, y'en aura pas pour tout le monde et vous serez tout embêté quand, en société on vous dire: 
"-T'as lu Maintenant, le dernier Comité Invisible? Ça a changé ma vie.
-Bah non, y'en avait plus aux Nuits Bleues, je suis arrivé trop tard.
-Ah ah, tu la verras même pas arriver alors l'insurrection qui vient! Looser!"

La librairie elle a tellement vendu de bouquins du Comité Invisible qu'on a eu le droit à une affiche (pas dédicacée)

lundi 6 février 2017

Les 20 ans de l'étincelle



Comme la librairie est encore adhérente à l'étincelle ([Mode historien on]il y a quelques années, avant l'ouverture du 21, la librairie était basée à l'étincelle et ouvrait sa permanence une fois par semaine [Mode historien off]) on s'est dit qu'on aurait pu faire un peu de promo pour les 20 ans du lieu. D'autant qu'on participe à l'organisation de deux soirées, en partenariat avec le Hackerspace de l'étincelle:

Vendredi 3 mars à 18h:

L'après Snowden : bilan sur la surveillance étatique

Depuis les révélations d'Edward Snowden, nous savons qu'il est possible pour un gouvernement, celui des Etats-Unis en l'occurence, d'effectuer des écoutes massives de sa population.
Alors que le numérique prend une place de plus en plus importante dans nos vies, la question de la surveillance étatique devient cruciale.
Nous utilisons toutes et tous notre ordinateur ou notre smartphone quotidiennement, mais peu d'entre nous se posent des questions sur ce que ces usages réguliers impliquent en terme de surveillance.
"La NSA est-elle la seule à avoir ces capacités ?", "Que fait la France ?" et "Quelles sont les conséquences de ces pratiques ?"
Kitetoa, journaliste du site http://reflets.info , nous permettra d'y voir plus clair en répondant aux questions que l'on peut se poser dans ce domaine."

Vendredi 10 mars à 20h

Hackers, au coeur de la résistance numérique

Communiquer, partager, s'informer librement : C'était l'utopie des pionniers et pionnières du net.
Quarante ans après ses premiers balbutiements, les gouvernements et les grands acteurs privés contrôlent toujours plus étroitement les échanges, rongent liberté d'expression et droit à la vie privée. Le Réseau est devenu une extension du domaine de la lutte politique.
Amaelle Guiton, nous parlera de celles et ceux qui, sous le masque Anonymous ou à découvert, sont les artisans d'un Internet libre. Elle nous emmènera au coeur de la résistance numérique, pour savoir ce que «hacker» veut dire."


Le reste du programme des 20 ans de l'étincelle est disponible ici:

http://pluxml.fermeasites.net/etincellevingtans/

lundi 16 janvier 2017

Conférence Anne Steiner vendredi 20 janvier

SYNDICALISME, GRÈVES
ET RÉVOLTES OUVRIÈRES
À LA BELLE-ÉPOQUE


En France, à la belle époque, la conflictualité sociale est forte, brûlante, violente. Dans ses livres, Anne Steiner nous fait revivre ces luttes oubliées : conflits pour les salaires, luttes contre l'arbitraire patronal, contre les mauvaises conditions d'hygiène… Ces luttes visaient aussi la diminution des heures de travail afin de se cultiver, profiter de la vie, des ami-e-s, des enfants… Devenir des êtres libre débarrassés des oppressions.

Pour nos prédécesseur-e-s, occuper l'usine, l'atelier ou la rue peut se révéler dangereux. Face aux patrons et à Marianne la menteuse, la combativité, la solidarité, la conscience de classe ne furent pas que des mots. Face à la répression immédiate, aux mutilations, à la mort parfois, aux années de prisons et de bagne, la solidarité d'un peuple en lutte se manifestait par l'accueil d'enfants de grévistes, les soupes communistes, la solidarité financière avec les Caisses de Grèves, etc.

Face à la l'injustice, face à la misère individuelle, face à la violence des dragons et des troupes, quel autre choix que de réagir collectivement ? Qu’est-ce qui sépare une émeute d’une insurrection ou d’une révolution ? Le moindre conflit, la moindre grève pouvait être l'étincelle qui met le feu aux poudres de la Révolution. La violence, bien plus présente qu'aujourd'hui, était alors prégnante.

Anne Steiner, maître de conférences en sociologie, est l'auteure d'ouvrages de référence sur la Fraction Armée Rouge, le mouvement individualiste anarchiste et les luttes sociales à la « Belle Époque ». Elle animera une conférence/discussion autour de ces idées.


 Vendredi 20 Janvier 2017 À 20h
 Librairie Les Nuits Bleues
 21 rue Maillé à Angers


 Co-organisé par les Nuits Bleues et le site d'histoire sociale local : mouvement revolutionnaire angevin


 

mercredi 4 janvier 2017

Belles lettres et Belle époque


Premier article de l'année 2017. Et si c'était l'année. L'année où l'on se débarrasse de toutes les oppressions, de tous les puissants, de tout ce qui nous débecquette dans ce monde pas jojo? On peut toujours rêver!

L'année 2017 commence sur les chapeaux de roues pour la librairie avec au programme une conférence-débat co-organisée avec le blog d'histoire sociale Mouvement Révolutionnaire Angevin le 20 janvier prochain à 20h à la librairie.La sociologue Anne Steiner y parlera du syndicalisme, des grève et révoltes ouvrières à la Belle Époque (voir le descriptif plus bas).

On en profite également pour vous dire que nous allons passer très prochainement une commande aux Belles Lettres (diffuseur de nombreuses maisons d'éditions très sympathiques). N'hésitez pas à faire un tour sur leur catalogue et à nous envoyer vos commandes à lesnuitsbleues[at]riseup.net

Et n'oubliez pas la mobilisation en soutien à la réquisition du Chêne-Vert. Une nouvelle manifestation aura lieu samedi 7 janvier à 15h Place du ralliement.
-----------------------
SYNDICALISME, GRÈVES
ET RÉVOLTES OUVRIÈRES
À LA BELLE-ÉPOQUE


En France, à la belle époque, la conflictualité sociale est forte, brûlante, violente. Dans ses livres, Anne Steiner nous fait revivre ces luttes oubliées : conflits pour les salaires, luttes contre l'arbitraire patronal, contre les mauvaises conditions d'hygiène… Ces luttes visaient aussi la diminution des heures de travail afin de se cultiver, profiter de la vie, des ami-e-s, des enfants… Devenir des êtres libre débarrassés des oppressions.

Pour nos prédécesseur-e-s, occuper l'usine, l'atelier ou la rue peut se révéler dangereux. Face aux patrons et à Marianne la menteuse, la combativité, la solidarité, la conscience de classe ne furent pas que des mots. Face à la répression immédiate, aux mutilations, à la mort parfois, aux années de prisons et de bagne, la solidarité d'un peuple en lutte se manifestait par l'accueil d'enfants de grévistes, les soupes communistes, la solidarité financière avec les Caisses de Grèves, etc.

Face à la l'injustice, face à la misère individuelle, face à la violence des dragons et des troupes, quel autre choix que de réagir collectivement ? Qu’est-ce qui sépare une émeute d’une insurrection ou d’une révolution ? Le moindre conflit, la moindre grève pouvait être l'étincelle qui met le feu aux poudres de la Révolution. La violence, bien plus présente qu'aujourd'hui, était alors prégnante.

Anne Steiner, maître de conférences en sociologie, est l'auteure d'ouvrages de référence sur la Fraction Armée Rouge, le mouvement individualiste anarchiste et les luttes sociales à la « Belle Époque ». Elle animera une conférence/discussion autour de ces idées.


 Vendredi 20 Janvier 2017 À 20h
 Librairie Les Nuits Bleues
 21 rue Maillé à Angers


 Co-organisé par les Nuits Bleues et le site d'histoire sociale local : mouvement revolutionnaire angevin


 

mercredi 21 décembre 2016

Vite fait, bien fait!

Dernier post sur le blog des Nuits Bleues pour l'année 2016. Et ça ne sera pas le plus long. Loin de là.

Juste pour vous informer que nous venons de recevoir il y a quelques jours une commande à la SODIS un gros diffuseur. Tellement gros que l'écologie et la limitation des transports, la SODIS elle en a pas grand chose à faire.
La preuve en image avec l'un des deux colis que nous avons reçu.


Le carton est à moitié vide... L'autre était identique. Et le pompon c'est que nous avons aussi reçu un livre tout seul dans une petite enveloppe à bulles...

Bon évidemment nous on est quand même content-e d'avoir réceptionné les livres commandés, mais bon ça nous a quand même bien fait halluciner cette disproportion de colis pour une quinzaine d'ouvrages.

Le plus important c'est que vous pouvez venir à librairie pour les acheter ces livres!

On profite de ce dernier très court billet pour faire la promo d'une soirée organisée par notre camarade vélociste  le vendredi 23 décembre, à 18h au local.

La librairie fermera ses portes pour la trêve hivernale à partir du vendredi 23 décembre au soir et rouvrira ses portes le mardi 3 janvier.

Topette!